Le « bodybuilding » – 5 choses qui peuvent nuire à une bonne santé

Lorsque l’on pense au culturisme, plus communément connu sous le nom de « bodybuilding » on a tendance à penser que tout cet entraînement, cette activité physique ne peut qu’être bénéfique pour la santé en général.  Depuis toujours on nous bombarde l’esprit avec le fait qu’il faut bien manger et bouger pour maximiser notre condition cardiaque et notre santé.  Le culturisme est une façon efficace de garder la forme cependant, comme dans toute bonne chose, l’information et  la modération jouent un rôle primordial dans l’équation.   Voici 5 choses qui peuvent être néfastes à notre santé lorsqu’on pratique le « bodybuilding ».

  1. Le surentraînement :

Toute activité obsessive devient nocive pour la santé.  Comme le dit le diction : « trop c’est comme… pas assez ! »  Beaucoup d’athlètes deviennent tellement obsédés par la performance et les résultats qu’ils finissent pas « trop » s’entraîner – trop souvent et de trop longues périodes.  Le repos est essentiel lors d’un programme d’entraînement quelconque.  Le manque de repos cause de l’irritabilité, des sauts d’humeur, de l’anxiété, un manque d’appétit, des nausées et maux d’estomac et peut aller jusqu’à causer la dépression.   En plus de ceux-ci, un surentraînement peut causer des douleurs musculaires et articulaires persistantes et augmenter le risque d’incidences de blessures.  Un temps de repos est essentiel entre les séances d’entraînement afin de permettre au tissu musculaire de se reconstruire.

  1. Manger (prendre) trop de protéines :

C’est un fait connu que les culturistes mangent généralement 1,25 à 1,5 grammes de protéines par kilo de poids corporel quotidiennement.  Ceux qui font de la compétition augmentent généralement leur consommation.  Trop consommer de protéines peut conduire à des niveaux plus élevés d’homocystéine, un sous-produit du métabolisme  et ainsi augmenter leur risque  de maladies cardiaques.  Un niveau trop élevé de protéines dans le sang peut aussi mener à des dommages irréversibles aux reins et augmenter votre risque d’ostéoporose.  Il faut absolument gardez à l’esprit le côté santé de l’entraînement  et limiter la consommation de protéines.

  1. Prendre des stimulants pour accélérer les résultats :

Quand on parle de stimulants, il y en a une panoplies sur le marché tous plus dangereux l’un que l’autre dépendamment de leur utilisation. L’éphédrine par exemple comporte des risques tels que : palpitations cardiaques, crises cardiaques et accidents vasculaires cérébraux.  Des brûleurs de graisse « sans éphédrine » contiennent aussi des effets similaires et sont aussi à éviter.  Quelques culturistes on recours au Cialis  qui est un produit plus communément  consommer pour la dysfonction érectile.  Le Cialis est un inhibiteur de phosphodiestérase 5 qui  augmente le flux sanguin dans l’organisme  et peut apporter de meilleurs résultats cependant, l’avis d’un professionnel de la santé est préférable lorsque l’on prend la décision d’essayer un traitement quel qu’il soit.

  1. Soulever des poids excessifs :

Certains culturistes  essaient constamment d’augmenter la quantité de poids qu’ils soulèvent.  Ceci est contre-productif. Il faut savoir contrôler complètement les performances de l’exercice si l’on espère des résultats optimaux.  De plus, soulever les poids trop lourds peut causer des douleurs articulaires-musculaires et mêmes mener à des déchirures ligamentaires. Encore ici, la modération est de mise.

  1. Prendre des stéroïdes :

Les stéroïdes anabolisants, le principal étant la testostérone, sont des stéroïdes qui améliorent la croissance des tissus en créant des protéines.  Ceux-ci provoquent de nombreux problèmes tels que : l’acné, des taches violettes ou rouges sur le corps, la mauvaise haleine, l’enflure des pieds et jambes et le jaunissement de la peau.  Si ces effets secondaires ne vous gênent pas – allez-y !!!!  Sinon s’abstenir !

Le « bodybuilding » oui pour une meilleure santé mais … pas à tout prix.